le 24 septembre 2021

Rédaction : Alana Stein, curator au Brésil

Traduction : Maria Domithila Marcello, Responsable de la Rédaction  

Révision : Flavia Pereira, Éditrice

Partenaires : Banarte

 

L'histoire de BANARTE est intimement liée à celle de sa ville, Miracatu. Cette ville située à l'intérieur de Sao Paulo est connue pour la culture de la banane. 80 % des bananes consommées à Sao Paulo, l'état le plus peuplé du Brésil, proviennent de cette région.

L'union de deux facteurs a été essentielle pour la création de la coopérative Banarte : l'abondance de la matière première (la fibre de bananier) et le besoin de revenus pour les familles. Leur travail est devenu officiel en l'an 2000, mais il a commencé en 1997.

Ces femmes ont apporté de la vie et de l'art aux fibres d'arbres qui étaient auparavant rejetées par les cultivateurs. La production de chaque pièce garantit un minimum de déchets des matières premières. 

Photo : Lampe Couronne en fibres de bananier, disponible sur le site de Déco Brésil.

Photo : Lampe Couronne en fibres de bananier, disponible sur le site de Déco Brésil.

Les artisanes ont bénéficié du soutien de Sebrae, de Sutaco et de l’Université de Sao Paulo. Même avec le soutien des institutions, le groupe s'est effondré en 2012, mais grâce à la détermination de Léïa, actuelle directrice de l'association, le groupe a repris leurs travaux et est aujourd'hui bien consolidé.

Le travail effectué par les artisanes est dur et fatigant, mais comme elles le disent, le travail est fait avec beaucoup de passion, car cet artisanat leur apporte des opportunités de meilleures conditions de vie. Or, la consolidation et le maintien du groupe sont d'une extrême importance pour la communauté locale.

Photo : cours de formation dispensé par Banarte

Photo : cours de formation dispensé par Banarte.

Les œuvres et les productions comme celles de Banarte sont fondamentales pour l'impact social local. L'étude et l'amélioration des techniques de tressage et la formation de nouveaux intégrants sont des piliers de l'entreprise. Une autre façon d'aider les femmes de la région est de leur donner des opportunités de travail. Lorsque les femmes de l’entreprise reçoivent des commandes plus importantes, elles invitent d'autres artisanes à travailler sur la production. 

Photo :  Tear manual de pente liso (un métier à peigne en bois) pour le tissage à main utilisé par Banarte pour tresser les fibres de bananier.

Photo :  ONG Artesol, tear manual de pente liso (un métier à peigne en bois pour le tissage à main) utilisé par Banarte pour tresser les fibres de bananier.

Aujourd'hui, elles  travaillent avec 5 types de fibres : Filé, Buchinha, Branquinha, Roxinha et Rendinha. Ces fibres sont extraites le plus longtemps possible du tronc de bananier, certaines d'entre elles peuvent être teintes ; puis elles sont mises à sécher ; après s’être séchées, les fibres partent au tressage ; et après le tressage manuel sur la tear manual de pente liso, l'œuvre d'art prend forme !

Photo : le tressage artisanal avec la fibre de bananier après sa teinture naturelle et son séchage.

Photo : ONG Artesol, le tressage artisanal avec la fibre de bananier après sa teinture naturelle et son séchage.

En tupi guarani Miracatu signifie « Terre de bonnes personnes ». Et ces 6 femmes : Marlene Mathias, Marinalva Lima, Léïa Alves, Marlene Motta, Domingas Gama et Eva Sousa, sont toutes de TRÈS bonnes personnes !

Photo : Marlene Mathias, Marinalva Lima, Léia Alves, Marlene Motta, Domingas Gama et Eva Sousa.

Photo : Marlene Mathias, Marinalva Lima, Léia Alves, Marlene Motta, Domingas Gama et Eva Sousa.

Les prixs dans le domaine du design font également partie du parcours de ces femmes.

Ces histoires et ces groupes sont porteurs d'espoir pour l'ensemble de la communauté mais aussi pour le pays.

Une histoire d'efforts, d'opportunités, de dignité, d'amour, de créativité et d'unité !

C'est l'histoire de Banarte !

« Des mains qui créent l'histoire ! »

Photo : siège de la société Banarte. Photo de célébration après avoir reçu le a obtenu le droit de participer au réseau Artesol, une ONG brésilienne..

Photo : siège de la société Banarte. Photo de célébration après avoir reçu le prix Museum a Casa en 2019, São Paulo.

J'espère, cher lecteur, que l'histoire de ces femmes a rempli votre cœur d'inspiration comme elle a bien rempli le nôtre!